Qu’est-ce qui peut amener un enfant à se réveiller souvent la nuit ?

Les enfants ne doivent normalement pas être sujets à l’insomnie. Cependant, certains d’entre eux ont un sommeil troublé la nuit, ce qui les amène à se réveiller plusieurs fois. D’autres n’hésitent pas non plus à quitter leur berceau ou leur lit pour rejoindre la chambre de leurs parents. Ce changement dans les habitudes de sommeil est dû à de nombreux facteurs, examinons la quintessence de ceux-ci !

Les terreurs nocturnes

Les terreurs nocturnes sont un phénomène que l’on confond souvent avec les cauchemars. Cependant, contrairement aux cauchemars, elles sont normales et sans danger pour les petits enfants. Elles apparaissent entre 18 mois et 4 ans, puis disparaissent souvent après l’âge de 5 ans. Elles durent généralement entre 1 et 5 minutes et surviennent presque toujours lors d’un sommeil lent et profond.

L’enfant se réveille, crie et hurle. Certaines fois, il reste assis dans son lit et semble terrifié. Ses yeux sont grands ouverts et son regard est vide. D’autres fois encore, il devient agressif, agité et ne supporte pas qu’on le tienne ou qu’on le touche.

Les causes des terreurs nocturnes sont souvent héréditaires. Le phénomène est fréquent dans les familles où un des grands-parents ou des parents a vécu la même chose dans son enfance. Les autres fois, elles ont lieu lorsque l’enfant fait de la fièvre ou lorsqu’il est malade, vit un changement qui le rend anxieux ou très fatigué.

Une infection bénigne

L’otite et le rhume sont les deux affections qui touchent souvent les jeunes enfants. Ils sont considérés comme les causes organiques du réveil de ce dernier tard dans la nuit. Il y a aussi le reflux gastro-œsophagien qui est très répandu et qui se manifeste par des régurgitations alimentaires. Certains enfants ressentent même des douleurs qui viennent interrompre le cycle de leur sommeil. Le syndrome d’apnées du sommeil peut également être la cause du réveil d’un enfant de son sommeil, la nuit. Sans oublier la consommation de certains aliments comme le lait de vache. Si l’enfant est allergique aux substances qu’il contient, il va souffrir d’eczéma et d’un sommeil agité.

 

Les écrans

La télévision, les Smartphones et les tablettes diffusent une lumière bleue qui affecte la production de l’hormone régulatrice du sommeil. Il s’agit plus précisément de la mélatonine. C’est la raison pour laquelle il est fortement déconseillé de laisser les enfants regarder les écrans avant l’âge de 3 ans. Une fois qu’ils iront au lit après avoir passé du temps sur une tablette, devant la télévision ou un Smartphone, ils auront un sommeil troublé. Sans compter que ces dispositifs retardent le développement cognitif de l’enfant. Ils sont aussi nocifs pour les yeux et peuvent, à la longue, être à l’origine d’une DMLA ou Dégénérescence Maculaire Liée à l’Age.

Le somnambulisme

Le somnambulisme est considéré comme un trouble du sommeil. C’est le fait pour un individu de se lever puis de marcher dans son sommeil. Le somnambule n’a pas conscience de ce qu’il fait. Chez l’enfant, ce trouble est constaté entre ses 3 ans et ses 10 ans. Ici, la déambulation qu’il effectue est sans gravité. Dans certains cas, cependant, il peut arriver que le jeune enfant fasse essaie de s’échapper de la maison ou d’escalader une armoire. Dans le premier cas, de simples règles de sécurité peuvent limiter les risques. Dans le second cas, il faut administrer des médicaments à l’enfant. Le somnambulisme a un autre équivalent, la somniloquie. Ici, les risques sont plus minimes. L’enfant se réveille la nuit et parle pendant un bon moment avant de se rendormir.

L’absence d’un rituel du coucher

Le fait de ne pas habituer l’enfant à un rythme donné le soir avant le coucher peut faire qu’il se réveille la nuit. Alors qu’instaurer un rituel le discipline et lui fait comprendre que la nuit est faite pour dormir. Les parents peuvent par exemple penser à lui raconter une histoire ou à lui lire un livre. La présence d’un rituel rassure l’enfant. Il faut aussi veiller à l’installer dans un environnement calme et surtout, lui déposer un objet transitionnel.

Le manque affectif et les rythmies

Ne pas passer du temps avec les enfants peut l’emmener à se réveiller souvent la nuit. Cette indisponibilité émotionnelle va, en effet, déranger la bonne répartition des excitations. Faites en sorte de pallier ce manque le lendemain, puis les autres jours.

Quant aux rythmies, il s’agit de mouvements du corps et de la tête survenant pendant le sommeil. Ils sont souvent violents et peuvent blesser l’enfant. On évoque le « body rocking » lorsque c’est tout le corps qui bouge, le « head rolling » lorsque la tête bouge de droite à gauche, puis de « head banging » si celle-ci cogne le haut du lit.

Click here to add a comment

Leave a comment: